samedi 16 juillet 2011

N'y a-t-il rien en toi qu'un autre n'ait à supporter ?

Saint Augustin (354-430),
évêque d'Hippone (Afrique du Nord)
et docteur de l'Église


« Alors les justes resplendiront
comme le soleil dans le Royaume de leur Père »
« Quand ce qui est périssable en nous deviendra impérissable, quand ce qui est mortel revêtira l'immortalité » (1Co 15,54), alors ce sera la douceur parfaite, la jubilation parfaite, une louange sans fin, un amour sans danger... Et ici-bas ? N'y goûterons-nous aucune joie ?... Assurément, on trouve ici-bas de la joie ; nous goûtons ici-bas dans l'espérance de la vie future une joie dont nous serons pleinement rassasiés dans le ciel.

Mais il faut que le blé ait beaucoup à supporter au milieu de l'ivraie. Les grains sont mêlés à la paille et le lys grandit au milieu des épines. En effet, qu'a-t-on dit à l'Église ?
« Comme le lys au milieu des épines, ainsi ma bien-aimée au milieu des jeunes filles » (Ct 2,2). « Au milieu de mes filles », est-il dit, et non parmi les étrangères. Ô Seigneur, quelles consolations donnes-tu ? Quel réconfort ? Ou plutôt quel effroi ? Tu appelles épines tes propres filles ? Épines elles sont, répond-il, par leur conduite, mais filles par mes sacrements...

Mais où devra donc se réfugier le chrétien pour ne pas gémir au milieu de faux frères ? Où ira-t-il ? Que fera-t-il ? Fuira-t-il au désert ? Les occasions de chute l'y suivront. Se séparera-t-il, lui qui progresse bien, jusqu'à ne plus supporter aucun de ses semblables ? Mais, dites-moi, lui, avant sa conversion, si personne n'avait voulu le supporter ? Si donc, sous prétexte qu'il progresse, il ne veut supporter personne, par ce fait même il est évident qu'il n'a pas encore progressé. Écoutez bien ces paroles :
« Supportez-vous les uns les autres avec amour. Ayez à cœur de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix » (Ep 4,2-3). N'y a-t-il rien en toi qu'un autre n'ait à supporter ? 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire