vendredi 7 octobre 2011

Au sein d'un couple lesbien, Thomas, 11 ans devient Tammy à l'aide d'un traitement hormonal

Un couple de lesbiennes qui a la garde d'un garçon de 11 ans défend le fait que ce garçon aurait décidé la semaine passée de subir un traitement hormonal pour devenir « une fille ».

Thomas Lobel, qui se fait désormais appeler Tammy, subit actuellement une hormonothérapie suppressive à Berkeley (Californie) afin de l'empêcher de devenir un garçon pubère.
Selon Pauline Moreno et Debra Lobel qui ont la garde de Thomas, forcer un enfant qui souffre de trouble de l'identité sexuelle à reporter sa « transition sexuelle » pourrait lui faire courir un risque plus élevé de suicide.

Les deux femmes affirment que la première chose que Thomas leur aurait dit à l'aide du langage des signes quand il avait trois ans — Thomas souffre de trouble de la parole — c'est « Je suis une fille ».

À sept ans, après avoir proféré des menaces de mutilations génitales, des psychiatres auraient diagnostiqué un désordre d'identité sexuelle chez Thomas.

Cet été, le garçon désormais âgé de 11 ans a commencé à suivre un traitement hormonal qui retarde la puberté et l'apparition de larges épaules, d'une voix plus grave et d'une pilosité faciale.

Mme Moreno a déclaré au Daily Mail de Londres : «Tout le monde est en colère contre nous. Comment pouvez-vous lui faire cela ? Vous allez lui gâcher toute sa vie».

Pauline Moreno cite une statistique du Programme de prévention du suicide chez les jeunes pour se justifier : 50 pour cent des jeunes transgenres auraient tenté de se suicider avant d'avoir 20 ans.

Le couple lesbien ne semble pas avoir considéré la possibilité que leur mode de vie, leur couple lesbien, ait eu une influence sur la volonté de ce garçon de ressembler à ses deux «parents» adoptifs et que cela ait pu entraîner son insécurité sexuelle et les 50 % de risque que Thomas ne tente de se suicider avant 20 ans.
source 

2 commentaires:

  1. C'est monstrueux. Pauvre gamin.
    Est-ce la société de demain ?
    L'aventure humaine risque alors de tourner court.

    RépondreSupprimer
  2. Non anonyme, l'aventure humaine continuera, car il n'y a que les Blancs qui font ça.

    RépondreSupprimer