jeudi 24 janvier 2013

Lutter contre les sites « pro-vie » et « anti-choix »


Les associations de protection des droits des femmes s’inquiètent aujourd’hui de l’influence des militants anti-IVG sur Internet. Elles ont également remarqué un changement de ton. Sur le web, un mouvement prend de l’importance : celui des sites « pro-vie ». Leur influence est « souterraine ». Aucune trace de discours réactionnaires ou culpabilisateurs contre les femmes qui souhaitent avorter. Sous-couvert de leur prodiguer des conseils, ils défendent la vie, mettent en avant les risques médicaux (de stérilité, par exemple), et proposent des « solutions alternatives ». Ces sites sont très bien référencés sur Google.  « Je me mets à la place d’une femme isolée, fragile, qui ne peut pas se déplacer pour aller consulter un médecin, ou qui n’a pas facilement  accès à un Planning familial. Le premier réflexe pour s’informer est de consulter Internet. Ces sites peuvent avoir une force de persuasion considérable sur elles. », déplore Claire Serre-Combe.
La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem  a pris position contre les sites pro-vie et anti-choix. Elle appelle au lancement d’une offensive sur le web, en particulier sur les réseaux sociaux. « Le référencement sur internet est aussi une question d’argent, précise la responsable d’Osez le féminisme !. On ne peut pas se reposer éternellement sur les associations. Il faut donner de vrais moyens. » Le mardi 8 janvier, la ministre a déclaré envisager la création d’un site internet public officiel «dédié, labellisé et surtout bien référencé ». Il s'agit selon elle de « fixer ensemble une stratégie internet pour que chacun puisse trouver une information complète. »

2 commentaires:

  1. "Aucune trace de discours réactionnaires ou culpabilisateurs contre les femmes qui souhaitent avorter. Sous-couvert de leur prodiguer des conseils, ils défendent la vie, mettent en avant les risques médicaux (de stérilité, par exemple), et proposent des « solutions alternatives »"
    rien que ça .. une telle perversité est difficilement imaginable !

    RépondreSupprimer