dimanche 27 janvier 2013

Sami Aldeeb : "Si on avait eu autant de Juifs que de Musulmans on aurait eu des catastrophes"


Source

Sami Aldeeb se dit chrétien. Il ne croit cependant pas à la révélation dans sa conception traditionnelle, et la définit non pas comme "la parole de Dieu à l'homme", mais "la parole de l'homme sur Dieu". Il se veut laïque et lutte en faveur des droits de l'homme et contre la circoncision masculine et féminine, l'abattage rituel, les cimetières religieux, la peine de mort et la violence, sujets autour desquels tournent ses écrits et ses conférences (voir les publications). Il est pour un seul État démocratique et laïque en Palestine/Israël et refuse tant l'État d'Israël que l'État de Palestine qu'il qualifie tous deux d'entités discriminatoires. Il estime que le Coran a été écrit par un rabbin2. Il a pris position pour l'initiative populaire « Contre la construction de minarets », estimant que la Constitution garantit le droit de prier et non pas de crier3.

9 commentaires:

  1. et pourquoi n'y a t il pas autant de juifs que de musulmans ? parce que le judaisme n'est pas impérialiste .. qu'est ce que les juifs font quand ils ont un bout de terre ? ils passent pres de 50 ans à y construire un temple "pharaonique",, un temle ou on allumait des lumieres, 70, pour toutes les nations (70 à l'époque). qu'est ce que Mahomet fait dès qu'il y a un accord à Medine ? la guerre et la guerre et encore la guerre.

    RépondreSupprimer
  2. pourquoi font ils le temple ? parce que le devoir des juifs etre d'etre "ses pretres", leur "election" est d'avoir accepter ce role avec juste plus de devoirs dont étudier, et prier, au lieu de "juste" s'occuper de soi et ne pas etre mauvais, chez les juifs athés cela donne un pourcentage de militants tres elevé,
    le peuple juif est comme un monastere (qui se reproduit...) : donc forcement peu de gens ont envie de vivre à la fois ainsi et puis selon cette règle là ( des pretres ou des gens dévoués ou meme saint il y en a bien sur dans d'autres religions), donc en raison meme des aspects essentiels de leur religion, les juifs ne peuvent pas etre autre chose qu'un petit peuple ...
    si les juifs étaient aussi nombreux que les musulmans : ils ne seraient plus juifs, on ne peut passer sa vie en plus de son travail et de sa famille à etudier prier et etre assez guerrier pour conquerir, on ne peut pas proposer a la majorite une religion aussi "intello", un mode de vie qui est proche de celui des seuls pretres dans les autres religions ..
    les seuls juifs qui le sont sont les gens issus spirituellement du judaisme mais avec d'autres mode de relation à dieu, qui sont les chrétiens.

    RépondreSupprimer
  3. "juifs" qui le sont (aussi nombreux que les musulmans"

    RépondreSupprimer
  4. le principe de l'etude, est que l'on n'a pas fini de comprendre, or il serait absurde de pretendre ou vouloir imposer ce que l'on n'a pas fini de comprendre soi meme, c'est pourquoi l'idee d'"imposer la thora" serait completement saugrenue, quand on est censé l'étudier, et jamais dieu n'a demandé cela au peuple juif, un "peule de pretre" n'est pas un bataillon de soldats "achetés" par dieu.
    focaliser sur des "formes" ou apparences communes entre judaisme et islam et oublier ce point essentiel, fausse la vision des choses : oui, si ma tante ...

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir elisseievna,

    Les propos de Sami Aldeeb sont tranchés. Si j'ai ressorti cette phrase pour en faire un titre alors que le sujet c'est l'islam, c'est parce qu'il faut du courage pour dire une telle chose. Comme dire, ce qu'il dit du Coran et de l'islam.

    Lorsqu'il dit : "Si on avait eu autant de Juifs que de Musulmans on aurait eu des catastrophes", il le dit pour dénoncer le coté légaliste de ces religions et ses relations avec les autres groupes humains lorsqu'elles sont au pouvoir.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Anne,
    difficile pour moi de savoir pourquoi il dit cette phrase : je pense que pour savoir ce que quelqu'un veut montrer, "ou il veut en venir" ... il faut juste lire la suite de ses ecrits (!)
    il fait une hypothese qui en fait souligne juste les points commun des textes, il souligne par "extrapolation", je pense que c'est d'abord a but "pédagogique", mais c'est plutot un schema qu'autre chose,

    quand on lit la sira de ibn ishaq (né en 55 apres medine), il est "amusant" de voir que ce que Mahomet utilise pour critiquer un rabbin est justement qu'il refuse d'appliquer la lapidation mentionnee par un texte... autrement dit il prend ce qui dans les textes juif permet son projet répressif à lui.

    RépondreSupprimer
  7. ps : l'histoire de "quand la religion juive a été au pouvoir" est assez .. réduite :

    quand Joseph approche du pouvoir de Pharaon, l'Egypte est sauvee de la famille (dixite la bible, douteux que les egyptiens aient eu besoin des hebreux pour inventer le stockage, a moins qu'ils aient utilisé un juif pour justifier le systeme de controle "total" qui allait avec),

    quand l'Etat hébreux existe (400ans), au lieu de penser à s'armer pour pouvoir résister à d'éventuels dangers, et encore moins au lieu de penser à etre le point de départ d'un empire à la Alexandre de macédoine, ces fadas se lancent dans les constructions et devotions, entre batailles de frontieres et "mélanges" divers avec les femmes des peuples voisons "paiens/idolatres" : résultat : disputes, perte de la religion, division, et invasion par les Babyloniens, puis par les Romains : fin du pouvoir "juif",

    quand les Khazars adoptent le judaisme, ils ont un empire, quelques dizaines années apres ... l'Etat khazar est devenu pluri-religieux, "tolérant" (au nom de la religion ( une seule loi, un seul jugement pour toi et l'étranger qui vivra parmi vous ...), il perd sa force militaire et se fait rétamer par les Russes : fin du pouvoir "juif",

    quand Israel ressuscite aujourd'hui, il s'empresse de donner place aux musulmans à la Knesset, et presque dès qu'il a pris pied au Sinai, a Gaza, en judee-samarie, de rendre la seule terre petrolifiere (sinai), de partir de gaza pour mieux se faire roquetter depuis cette base : bref de prendre un certain nombre de risques, au nom de la religion ( une seule loi, un seul jugement pour toi et l'étranger qui vivra parmi vous ...), et tout cela risque de mal finir pour les juifs d'Israel ...

    voila pour le judaisme au pouvoir,
    a part cela il y a des juifs puissants, mais puissants pour eux-mêmes et leur poche personnelle, pas forcement pour le peuple juif (non je ne citerai personne !),

    et puis, il y a des juifs qui ont un grand pouvoir et dont on peut se demander ce qu'il donnera mais aussi noter d'ou vient ce pouvoir : le pouvoir de la recherche de la creation et du travail d'étude ...

    Sergueï Mikhaïlovitch Brin Сергей Михайлович2 Брин né le 21 août 1973 à Moscou, est un informaticien et entrepreneur américain d'origine soviétique, co-fondateur avec Larry Page de la société Google.

    Sergueï Brin naît à l'époque de l'Union soviétique, alors dirigée par Léonid Brejnev. Il est le fils de Michael Brin (Mikhaïl Mikhaïlovitch Brin) et de son épouse Eugenia (Evguénia Mikhaïlovna3). C'est une famille juive traditionaliste, qui comme nombre d'autres Juifs soviétiques des années 1970, réussit à obtenir un visa d'émigration en 1979 ; après avoir passé plusieurs mois en Autriche et en France.

    RépondreSupprimer
  8. ps : sur les juifs commmunistes en Russie : ce furent une clique d'arrivistes pronant l'athéisme, qui appliquerent une politique de décimation opposée au judaisme et etaient ennemis parfois à mort des autres juifs,
    s'il faut une preuve que le communisme n'est pas juif, il suffit de regarder la Chine : le communisme s'y ait épanoui dans toute ton excellence à tuer, sans le moindre juif .. d'ailleurs c'est le seul cote que j'aime bien dans la revolution chinoise : au moins un truc dont on ne peut pas accuser les juifs : voila qui repose !

    RépondreSupprimer
  9. ce qui me fait penser qu'il utilise une phrase "schematique" pour expliquer, est qu'il utilise ce procédé par ailleurs : quand il dit que "tous les religions ont leur inquisition", il cite la punition du blaspheme en Israel antique, qui est bien antérieure à l'inquisition, il aurait pu citer aussi le proces de Socrate : là, il utilise l'inquisition comme archétype, ce qui est plutot simpliste quand on fait l'histoire des persécutions religieuse, mais avec cette référence, l'auditeur repère immédiatement de quel type de phenomene il parle.

    RépondreSupprimer