mardi 26 février 2013

Destruction lente des églises parisiennes... honte à la Ville de Paris

Nombre d'églises parisiennes ne sont pas à la fête. Il y pleut, les oeuvres qu'elles contiennent s'abîment, les charpentes sont mangées par les vers et les champignons... La Madeleine, Saint Augustin et La Trinité sont emmaillotées par de larges filets, des failles laissent passer l'eau à Saint-Philippe du RouleSaint Germain de Charonne est fermée au public car menacée d'écroulement, Notre Dame d'Auteil voit ses peintures intérieures se dégrader lentement... Et ce n'est là qu'un échantillon parmi une bien longue litanie. 

Rappelons-le : lors de la séparation de l'Eglise et de l'Etat en 1905, et tandis que ce même Etat rentrait en possession des cathédrales, les communes sont devenues propriétaires de toutes les églises édifiées avant cette date. C'est donc à la Ville de Paris qu'incombe l'entretien et la rénovation de ces édifices. Près de quatre-vingts.

Quel avenir pour ces derniers ? Etat des lieux avec des membres du diocèse de Paris, ainsi que Dominique Pourtaud, adjointe au maire de la Ville en charge du patrimoine.

Jean-Marie Dubois, le curé de la paroisse Saint-Philippe du Roule, juge la situation préoccupante : suivre le fil...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire