dimanche 17 février 2013

Finistère : "Tu m'ouvres ton église ou je te déteste...et je le fais savoir" - Complainte médiatisée d'un flûtiste

Intérieur de l'église de Locquirec
Locquirec vient du breton "loc" : "lieu consacré"
Est-il encore possible de jouer de la musique dans un lieu consacré, si le répertoire n'est pas sacré ? La question mérite d'être posée mais un musicien morbihannais en doute.
Un précédent avait fait grand bruit à Quimper. En février 2010, Didier Squiban se voyait refuser le droit de rendre hommage à Chopin dans la cathédrale Saint-Corentin. Motif, «Chopin est un artiste majeur mais la vocation première d'une église est d'être un lieu de prières». Pas de musique profane, donc, dans un lieu aussi sacré que la cathédrale de la capitale de Cornouaille. Aujourd'hui, c'est un autre artiste, morbihannais, le flûtiste Christian Le Délézir, qui dit affronter le même problème. « J'avais jusque-là entre dix et douze dates par saison. Pour l'été 2013, je n'en ai que quatre pour l'instant. J'essuie de plus en plus de refus pour jouer dans les églises et les chapelles », explique-t-il. «Si chaque cas est différent, le principal motif, c'est l'absence de sacré dans mon répertoire». 

De la musique oui... 
En témoignent des échanges vigoureux avec le clergé. Ainsi, un refus à Locquirec, en mars 2012 est ainsi motivé : « Sans remettre en cause la valeur musicale des oeuvres proposées, il convient de ne pas oublier qu'avant d'être un beau lieu avec une bonne acoustique, une église est un lieu dont la raison d'être est le culte catholique... La musique peut avoir sa place dans une église mais en harmonie avec le caractère sacré et liturgique de l'édifice ». De quoi indigner Christian Le Délézir, qui affirme avoir vu, à la même époque, se produire, à Carantec, « un groupe qui faisait quasiment des chansons paillardes ». Un épisode, survenu à l'été 2010 dans le Cap-Sizun, a semble-t-il marqué profondément les représentants du culte. Un couple de danseurs avait offert une prestation avant-gardiste, qui s'achevait par un nu intégral sur l'autel. De quoi faire bondir les autorités. En témoigne un mail reçu par Christian Le Délézir, du curé de Quimperlé, justifiant le refus d'organiser un concert à l'été 2011 : « Il y a effectivement eu trop de programmations de concerts, ces dernières années où les musiciens et parfois les curés aussi, ont laissé faire des prestations qui n'avaient pas de raison d'être dans les lieux de culte. Mon souci est donc de retrouver une certaine justesse». 

...mais sacrée 
Mais selon Christian Le Délézir, « pour les gens qui viennent au concert, il n'y a jamais eu aucune ambiguïté. Pour eux, toute musique est belle et sacrée. Et puis la musique sacrée, ça ne se quantifie pas. Je ne suis pas contre la religion. Mais le plus embêtant, c'est que ce sont des gens comme ça qui vont finir par faire détester la religion à ceux qui respectent la foi ». Du côté de l'évêché de Vannes, on souligne que « le nombre de demandes est très important, peut-être parce que jouer dans une église coûte moins cher que louer une salle municipale. Il faut donc faire un tri ». Surtout, rappelle-t-il, « même si les chapelles appartiennent aux communes, rien ne peut se faire sans l'autorisation du curé. Ces dernières années, il a fallu faire quelques rappels ». Des rappels au droit canon, « qui prévoit que chapelles et églises sont exclusivement dédiées au culte ».
Marc Revel

(- Etonnez-vous qu'un jour prochain les églises ferment leurs portes. a.k)

Pour l'Histoire : Locquirec vient du breton « loc » (lieu consacré) et de Saint-Guirec ou saint Kirec ou Kirio ou Guévroc, né au pays de Galles. Il mourut près de Landerneau, vers l'an 547 et son corps fut inhumé au monastère de Land-Guévroc, à l'endroit même où est aujourd'hui l'église paroissiale de Locquirec. suivre le fil...

La commune de Locquirec (pucenoire.gif (870 octets) Lokireg) fait partie du canton de Lanmeur. Locquirec dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne - Trégor). 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire