mardi 12 février 2013

L'AGRIF poursuit les "femhaines" et exige leur dissolution

Bernard Antony,Président de l’AGRIF, communique :
Ce jour à Notre-Dame de Paris, les « femhaines » se sont livrées à une nouvelle abjecte provocation antichrétienne. Pourquoi se gêneraient-elles ? Les pouvoirs publics ne s’opposent évidemment pas à leurs débordements de pauvres filles déjantées, peut-être hystériquement fanatiques pour certaines, mais plus vraisemblablement très grassement payées pour d’autres. Et on a même vu que ce sont ceux qu’elles assaillent qui sont dénoncés comme provocateurs. Ces « femhaines » ne sont en fait, puisqu’il n’y a plus désormais de sexe qui vaille,  que les hommes de main des milliardaires pervers du lobby LGBT. Elles sont sans cesse approuvées, encouragées, excitées par Caroline Fourest, la grande diva des médias homocratiques heureusement bien moins dévêtue qu’elles pour sa santé et l’esthétique du spectacle.
L’AGRIF, dont les dirigeants chrétiens ne confondent pas l’esprit de paix et de tolérance avec l’acceptation passive des pires injures faites, a chargé ses avocats au Barreau de Paris de diligenter la procédure qui s’impose contre ces auteurs de la haine antichrétienne. Au demeurant on n’ose imaginer ce qui se produirait si des mêmes salopes fourestiquement encouragées allaient se produire pareillement dévêtues dans une mosquée, une synagogue ou un temple hindou voire même une loge maçonnique. On finira bien par s’apercevoir que la patience des chrétiens a aussi ses limites. Ne lit-on pas dans l’Évangile : « Malheur à ceux par qui le scandale arrive ».
L’AGRIF exige également du gouvernement que soit dissoute cette organisation propagatrice d’une haine incitatrice à la guerre civile rappelant les heures les plus noires des hystéries anti-religieuses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire