mardi 5 février 2013

L’Eglise ne mène pas de bataille contre le « mariage pour tous »


Il faut éviter une tour de Babel concernant le mariage pour tous. C’est le message qu’a fait passer lundi 4 février le président du Conseil pontifical pour la famille en salle de presse du Saint Siège. 
Mgr Vincenzo Paglia a présenté le pèlerinage des familles intitulé "Famille, vis la joie de la foi" aura lieu les 26 et 27 octobre sur la tombe de saint Pierre. Cet événement, organisé en collaboration avec le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, prévoit un temps de prière sur la place Saint-Pierre le 26 et une messe présidée par le pape le lendemain. Cet événement portera sur le 30e anniversaire de la Charte des droits de la famille.
 
L’Eglise ne mène pas de bataille contre le « mariage pour tous »Le chef de dicastère est revenu également sur la question du « mariage pour tous » en France. S’il n’a pas commenté le vote récent du premier article du projet de loi du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, le prélat a à nouveau rendu hommage « aux évêques français qui ont eu le courage d’ouvrir le débat, de dire: parlons-en ». L’Eglise ne mène pas une bataille contre l’ouverture du mariage aux couples de même sexe en France et dans d’autres pays a fait remarquer Mgr Paglia, l’Eglise est pour la vérité. « Le respect pour la vérité ne requiert pas l’abolition des différences, mais cela ne requiert pas non plus une sorte d’égalitarisme malade qui lui abolit toute différence » a précisé le prélat. 

Le mariage homosexuel ne se justifie pas simplement par l’autosuffisance du sentiment
Alors qu’un projet de loi sur le mariage homosexuel est soumis mardi 5 février au vote des députés britanniques, Mgr Paglia a tenu à défendre la veille l’idée que reconnaitre le mariage n’est pas simplement justifié par l’affection ni par l’autosuffisance du sentiment. C’est bien plus que cela : c’est notamment l’accueil du Mystère, du don d’une progéniture et du droits des enfants. « Le mariage a une dimension claire selon le droit. Il existe par ailleurs d’autres types de cohabitations non familiales. Dans ces cas on devrait trouver des solutions de droit privé » a affirmé le chef de dicastère. source

Controverse et informations suplémentaires sur Mgr Vincenzo Paglia. ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire