jeudi 14 février 2013

Un premier pas vers l'euthanasie ?

Le Conseil national de l'Ordre des médecins envisage ce jeudi, pour la première fois en France, qu'un collège médical permette une «sédation terminale» pour des patients en fin de vie ayant émis des «requêtes persistantes, lucides et réitérées». Un premier pas vers l'euthanasie.

Invoquant «un devoir d'humanité», l'Ordre souhaite dans un avis que ces cas d'«assistance à mourir» médicalisée soient réservés à des «situations exceptionnelles», comme certaines «agonies prolongées» ou des douleurs «incontrôlables», auxquelles la loi actuelle ne donne pas de réponse. suivre le fil...

13 commentaires:

  1. Comme tous ceux de ma génération j'ai assisté à la fin de vie de mes grands-parents. Ils n'étaient pas préparés à ça, leurs « anciens » mouraient plus jeunes, plus vite, le plus souvent chez leurs enfants. La mort arrivait souvent quand on ne pouvait plus rendre aucun service, ni aider à la ferme, ni s'occuper des enfants, faire la cuisine, le jardin....
    Nous avons allongé l'espérance de vie jusqu'à des limites inconnues jusqu’alors. Qu'allons-nous faire de tous ces vieillards s’il n’y a plus personne derrière pour les soigner et payer les retraites ? J'assiste au vieillissement de mes parents, que j'ai connus jeunes, actifs, engagés, VIVANTS ! Je redoute de les voir eux aussi traverser ce corridor interminable qui va de la perte de l'autonomie à la mort. Et s'il n'était qu'interminable... mais il est fait de souffrance, de dégradation, d'humiliation.

    RépondreSupprimer
  2. Je propose que l'on euthanasie tous les vieillards à partir de 75 ans et d'ouvrir les droits à la retraite à partir de 75 ans. Je pense que le déficit financier serait ainsi de suite comblé.
    - En plus, les personnes ne seraient pas humiliées par la dégradation de leurs fonctions vitales déclinantes et ne souffriraient pas.
    - En plus, nous les enfants, nous n'aurions pas à voir se spectacle horrible de nos parents devenir des morts-vivants.
    - En plus, notre héritage arriverait à une période à peu près acceptable dans notre vie, tandis que souvent nous sommes déjà vieux quand nous héritons à cause de la vie interminable de nos parents.

    Vous écrivez : "Nous avons allongé l'espérance de vie jusqu'à des limites inconnues jusqu’alors."

    Les romans de science fiction ont très bien marché à l'époque où l'homme rêvait de l'immortalité et la jeunesse éternelle.

    Renversement de situation : Aujourd'hui, il faut faire des économies et de la place...
    Aujourd'hui, on ne rêve plus et en plus, la réalité devient un vrai cauchemar. La barbarie élevée au rang d'idéologie avance sous le masque des Droits de l'Homme. Du jamais vu, et on n'a pas fini de voir...

    RépondreSupprimer
  3. Votre humour grinçant me fait mal.
    Je fais simplement un constat : les vieillards en soins palliatifs sont de plus en plus nombreux. C’est une souffrance nouvelle pour tout le monde, pour eux et pour nous.
    Que proposez-vous ?

    RépondreSupprimer
  4. Cher anonyme,

    je ne fais pas d'humour.

    Ces idées sont dans la têtes de nombreux dirigeants, seuls quelques uns "se lâchent"- exemples :

    Jacques Attali :
    « dès qu’il dépasse 60-65 ans, l’homme vit plus longtemps qu’il ne produit et il coûte cher à la société. La vieillesse est actuellement un marché, mais il n’est pas solvable. Je suis, pour ma part, en tant que socialiste, contre l’allongement de la vie. L’euthanasie sera un des instruments de nos sociétés futures ». (Jacques Attali « l’avenir de la vie »)

    Ici Alain Minc :
    http://www.dailymotion.com/video/xd8wna_alain-minc-pour-en-finir-avec-les-v_news#.UR6JDo4e6Qs

    Ici ce n'est pas de l'humour mais de la dérision : http://www.culturalgangbang.com/2010/05/petition-pour-le-droit-leuthanasie-de.html?showComment=1360330287314

    http://iledere.parti-socialiste.fr/2010/05/16/alain-minc-propose-l’euthanasie-passive-pour-les-vieux/

    Ne souffrez pas de mes mots, souffrez des hommes de pouvoirs et de ce qu'ils nous préparent et comprenez les grincements de dents de certains.

    Un remède me demandez-vous : Aimez, aimez, aimez vos parents jusqu'au bout.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,
    Une approche intéressante du problème de la vieillesse dans le futur :

    http://www.dailymotion.com/video/xdh0vs_j-de-rosnay-on-vivra-jusqu-a-140-an_news?ralg=meta2-only#from=playrelon-3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve cette projection dans un futur très proche effrayante.

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      Oui, je trouve cela effrayant également. Et Joël de Rosnay est loin d’être un illuminé, c’est un scientifique posé, connu pour la justesse de sa prospective.
      Les manipulations génétiques à la portée de tous… Chacun pourra bricoler de nouveaux animaux, de nouveaux virus dans son garage…
      Avez-vous fait attention quand il a dit que dans l’avenir, nous n’irons plus SUR le web, mais nous serons DANS le web, chacun de nous sera un élément du virtuel.
      La question est de savoir si les gens auront envie de vivre si vieux dans un tel monde. Beaucoup préféreront sans doute plier bagage avant.

      Supprimer
    3. "Chacun de nous sera un élément du virtuel". C'est de la folie pure. La psychologie humaine pourra-t-elle tout assimiler de cet univers virtuel ?... j'en doute. Nous allons nous éloigner toujours plus du réel et l'humain va se robotiser de plus en plus.
      L'euthanasie ressemblera à la solution finale pour beaucoup...
      Merci pour cette vidéo.

      Supprimer
  6. un jour j'avais quelqu'un a l'hopital, de tres vieux, qui devait revenir apres quelques soins et surveillances, je n'y suis pas allee quelques jours, qui devait revenir sous peu, mais tres vieux, et puis l'hopital a appelé ... je ne sais pas d'ou est venue la mort, je ne sais pas si mon absence n'a pas été mal interprétée et je ne le saurai jamais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ce quelqu'un n'est plus de ce monde... peut-être parce que c'était son heure, Celle de Dieu.

      Supprimer
    2. Mais non Elisseivna, vous ne l'avez pas tué. Arrêtez de culpabiliser.

      Supprimer
    3. Aurons nous tous bientot peur des hopitaux ?

      Supprimer