mercredi 28 août 2013

CSE : Marc Peschanski redoutait... "les attaques en justice des groupes intégristes", le voilà rassuré !


Depuis le 16 juillet 2013, plus besoin de dérogation pour les projets de recherches sur les cellules souches embryonnaires… se félicite Audrey Loubens, journaliste scientifique 

...Travailler à partir de cellules prélevées sur des embryons fait grincer des dents les conservateurs et autres lobbys chrétiens. Simple amas de cellules ou être vivant, le statut de l’embryon est sujet à des débats enflammés. Les opposant à la recherche sur des cellules issus d’embryon avancent notamment l’existence de cellules adultes pluripotentes. Ces dernières ont été inventées par Shinya Yamanake en 2007, prix Nobel de médecine 2012 et peuvent être reprogrammées pour redevenir des cellules embryonnaires. Une méthode très délicate à mettre en œuvre, avec un taux de réussite inférieur à 5%. Les cellules embryonnaires ainsi obtenues ne sont pas non plus l’exacte copie de CSE. 

Bref, rien ne vaut l’original ! (Humour journalistique "scientifique" pénible, NDAK)

Marc Peschanski, spécialiste des cellules souches à l’Inserm, se félicite de l’autorisation de la recherche sur les CSE, rappelant que la nécessité d’obtenir une dérogation nuisait aux financements, décourageant les investisseurs : « On pénètre dans le domaine de la recherche clinique avec de premiers programmes de thérapie cellulaire et de recherche pharmacologique. Nous sommes donc confrontés à des collaborations avec des responsables hospitaliers ou industriels pour lesquels la loi actuelle est incompréhensible. Elle ne permet pas de justifier les investissements importants. Et fait craindre les attaques en justice des groupes intégristes». Les espoirs en thérapie régénérative sont forts. Imaginez. On pourra remplacer des cellules déficientes ou mortes par des cellules : greffe d’épiderme pour les grands brûlés, greffe de cellules musculaires dans un cœur abîmé par un infarctus, greffe de cellules pancréatiques pour rétablir le taux d’insuline des diabétiques, greffe de neurones pour des patients atteints de maladies dégénératives. De quoi redonner espoir à de nombreux malades.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire