vendredi 30 août 2013

Quand Le Huffington Post se trompe de vedette, Laurence Ferrari confirme le despotisme des médias


Voici ce que l'on peut lire en résumé dans Le Huffington Post, de l'interview de Laurence Ferrari Frigide Barjot par Laurence Ferrari à la TV.
 
Frigide Barjot a affronté une Laurence Ferrari très offensive ce 29 août sur i>Télé. Ton mordant, remarques pertinentes, questions percutantes... la journaliste n'a pas ménagé son invitée.
À l'égérie de la lutte contre le mariage homosexuel qui porte désormais des boucles d'oreilles symbolisant des couples gay, Laurence Ferrari a demandé
"Où est la cohérence dans tout ça ?".

 
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Frigide Barjot sur le Manif pour tous : "je ne regrette rien" -

L'incohérence de Frigide Barjot est du pain bénit pour les médias, qui sont tout comme elle, en perte de crédibilité. Les médias encensent leur vedette sur le dos d'une opposante, catho branchée, qui se met dans une position toujours aussi délicate en recherchant la division au sein de La Manif Pour Tous, dont elle était la Porte-Parole. Frigide était une marionnette dans les mains de Walls, elle l'est ici dans celles des médias, elle le sera demain dans celles des politiques.
 
 

Sur Facebook elle précise et se défend lorsqu'on lui parle de son éviction "au poste" de Porte Parole de LMPT :

"Je précise que je n'ai pas écrit le chapô de
l'itw ci-dessous et donc que je récuse le fait d'avoir été virée par les "milieux catholiques" qui n'ont rien à voir dans tout cela. Mais par une partie radicalisée d'ultras pro-vie qui refuse, une fois la loi votée, l'union civile des couples homosexuels, ce qui n'avait JAMAIS été convenu dans le mouvement que nous avons monté dès le 15 août 2012, ni même débattu, le seul sujet posant problème étant le changement de la filiation et l'ouverture de la procréation artificielle."
 
Vous suivez ?...

5 commentaires:

  1. Non, je ne suis pas, et je ne me sens pas obligé de suivre les méandres de la pensée de Mlle Barjot, qui réclame, dans l'une de ses chansons qu'on la fasse jouir avec deux doigts dans le cul.

    Pour vous rafraîchir la mémoire :
    http://www.youtube.com/watch?v=PaqxxoCKpbs

    Il est temps de tourner la page, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Tourner la page, oui, sur son passé qui ne nous concerne pas, au regard de sa nouvelle conversion.

    Pour l'heure, on voit bien qu'elle a besoin de trouver des boucs émissaires. Cette fois ce sont les "ultras pro-vie" hier c'était l'extrême droite. Demain ce sera qui ? Jésus peut-être... Son manque de discernement est inquiétant. La notion de péché lui échappe, pour elle-même, et pour les homosexuels. Ceux qui sont abstinents et vivent dans la Foi le savent.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois surtout qu'elle tourne en roue libre, faute de repères intérieurs.
    Souhaitons-lui une vraie conversion, afin qu'elle ne soit pas récupérée par ses anciens démons.

    RépondreSupprimer
  4. Anne,
    les seuls témoignages d'homosexuels "abstinents" que j'ai entendu étaient ceux de personnes qui n'ont jamais été amoureuses, qui ne pratiquaient que les "plan q" et prétendaient que l'homosexualité correspondrait uniquement à cela - que ce genre de vie soit souvent néfaste est assez évident. Mais sans doute que Frigide a rencontré elle des couples de gens qui s'aiment vraiment, qui de toute façon avec ou sans loi, parlent couramment de l'une ou l'autre comme "ma femme" ou "mon mari", et voilà pourquoi elle approuve des unions qui correspondent à cette réalité.
    Le rejet de ce texte ne tient pas à ce problème de toute façon, pacs ou union, ne change pas grand chose,et dans le climat actuel il est presque impossible d'en débattre : il manque les remises en question des bases, comme : est ce que l'on tient compte du corps, de la réalité physique, matérielle, oui ou non, dans le droit ou est ce que l'on se met à "croire" au "dogme" du genre désincarné ?
    Les gens qui rejettent ce texte le font par refus de toute prise supplementaire de risque pour les enfants et refus de la marchandisation, beaucoup que je rencontre et qui ne sont pas croyants, sont par contre tres conscients des realites matérielles et des conflits de pouvoir qui menacent les enfants, ils ne sont pas prets à tomber dans le piège de se laisser distraire de cette priorité par des discussions de "diversions" sur les droits de minorités de minorités et le vocabulaire qui va avec : je crois qu'elle ne l'a pas compris.

    RépondreSupprimer