vendredi 20 septembre 2013

Une partie du "trésor des rois de France" revient aux héritiers du comte de Paris

Aquarelles de Carmontelle. Le Parc Monceau

Louis XIII, 
par Philippe de Champaigne
Louis XIV enfant,
 par Philippe de Champaigne

Après douze ans de procédure, les héritiers du comte de Paris vont pouvoir récupérer "les biens historiques du trésor des rois de France", composé notamment de tableaux d'une valeur de "plusieurs dizaines de millions d'euros", selon leur avocat, Me Olivier Baratelli.

La bataille judiciaire avait été engagée deux ans après la mort d'Henri d'Orléans, en 2001, par dix proches décidés à récupérer les biens données à la Fondation Saint-Louis. Dans un communiqué, le représentant de Jacques et Hélène d'Orléans a salué, vendredi 20 septembre, un jugement "historique". 

Selon Me Baratelli, le tribunal a estimé que la donation du comte de Paris en 1976 était entachée de "nulité absolue", faute d'autorisation administrative d'une part, et d'acte passé devant un notaire d'autre part. Deux "omissions" qui montraient la volonté du comte de Paris de "dissimuler les biens considérables dont il voulait priver ses enfants".

PATRIMOINE "BRADÉ" 
La Fondation Saint-Louis doit restituer aux héritiers les portraits de Louis XIII et de Louis XIV enfant par Philippe de Champaigne, le carnet de croquis que Louis XIV a réalisé à l'âge de 7 ans, le portrait de la duchesse d'Orléans, le manuscrit des statuts de l'ordre de Saint-Michel datant de la fin du XVe siècle. 
Les héritiers vont également récupérer un "abrégé des finances de Louis XIV datant de 1682 en velours calligraphié, les aquarelles de Carmontelle et du prince de Joinville, le grand collier de l'ordre de la Jarretière, le service de porcelaine de Sèvres livré en 1840 à la reine Marie-Amélie". suivre le fil...

3 commentaires:

  1. Anne Kerjean,
    On ne peut céder à des tiers que 25 % de ses biens ; 75 % sont réservés à la famille. Les héritiers ne font que récupérer leur part comme n'importe quels citoyens. Ils ne récupèrent pas le "trésor des rois de France".

    RépondreSupprimer
  2. Très juste anonyme.

    Merci pour ce correctif.

    RépondreSupprimer
  3. Quand on sait que la plupart de ces bien récupérés finiront en salles de ventes , ce qui a déjà commencé , on comprend les motivations des héritiers !

    RépondreSupprimer