samedi 18 janvier 2014

Avorter pour avoir un garçon plutôt qu'une fille une sélection de plus en plus courante


Une enquête menée par le journal The Independant témoigne d'une sélection du sexe de l'enfant qui concernerait des milliers de foetus. L'Angleterre n'est pas le seul pays européen concerné.

Avorter pour avoir un garçon plutôt qu'une fille, un phénomène déjà bien installé dans certains pays d'Asie comme la Chine ou l'Inde, gagne l'Europe. Son installation est confirmée au Royaume-Uni par les résultats d'une enquête menée par The Independant et publiées par le quotidien mercredi. Alors que d'autres médias et organismes européens ont déjà tiré la sonnette d'alarme sur le vieux continent, cette nouvelle dénonciation de la sélection du sexe par le recours à l'avortement pourrait relancer les débats sur la mise en place d'une lutte systématique contre cette pratique.

Ce n'est pas la première fois que ce type d'avortement sélectif est dénoncée au Royaume-Uni. En février 2012, le quotidien britannique Daily Telegraph révélait des vidéos de médecins, filmés à leur insu, acceptant de couvrir des interruptions de grossesse motivées par l'envie d'avoir un enfant de l'autre sexe. Cette semaine, The Independant estime qu'il «manquerait» ainsi entre 1400 et 4700 filles en Angleterre et au Pays-de-Galles, après une analyse poussée du dernier recensement britannique. source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire