vendredi 31 janvier 2014

Le droit à l’infanticide, appelé « avortement post partum » fait son chemin aux USA


Le droit à l’infanticide, appelé « avortement post partum » (after-birth abortion) en langage politiquement correct, est une idée soutenue par un nombre croissant d’éthiciens et de leaders d’opinion, en particulier aux Etats-Unis. Selon cette théorie, un nouveau-né ne peut pas être moralement considéré comme une personne et peut donc être « éliminé » sur souhait de ses parents. Si l’on ajoute à cela des militants pro-avortement qui invoquent Satan lors d’un rassemblement, on découvre une face plus sombre du mouvement en faveur de l’IVG.

En juillet 2013, Melissa Harris-Perry, essayiste et présentatrice de la chaîne de télévision américaine MSNBC, provoquait un tollé en affirmant dans son émission que la vie d’un enfant commençait lorsque ses parents en décidaient. Et que l’élimination de celui-ci était moralement acceptable.

On pourrait penser que c’était là l’opinion marginale et provocatrice d’une personnalité médiatique férue d’effets de scène. Mais il existe, principalement dans les franges radicales de la gauche américaine, tout un courant d’idées confortant le droit à l’infanticide.

Bébés « jetables »
L’un des plus éminents défenseurs du droit à l’infanticide est Peter Singer, professeur d’éthique à l’Université de Princeton, aux Etats-Unis. Il justifie moralement un tel acte par le fait que les nouveau-nés ne possèdent pas encore les caractéristiques essentielles qui font une personne: la rationalité, l’autonomie et la conscience de soi. Selon ce point de vue, le meurtre d’un nouveau-né ne serait donc pas semblable à celui d’une personne, c’est-à-dire à celui d’un être « qui veut continuer à vivre ». suivre le fil...

1 commentaire:

  1. ont ils jamais vu un nouveau né ?!
    un juif sans torah n'est plus un juif (a propos de Singer)

    RépondreSupprimer