samedi 18 janvier 2014

L'église orthodoxe russe, sortira de terre en limite du pont de l'Alma d'ici deux ans



La Russie, qui tient particulièrement à ce projet porté par Vladimir Poutine, espère que la construction - dont la date n'est pas encore précisée - pourra se dérouler dans une ambiance plus sereine. De fait, le climat politique a changé depuis le lancement officiel du projet, en 2010, par Nicolas Sarkozy et Dmitri Medvedev. La majorité présidentielle a changé, et les critiques du maire de Paris, Bertrand Delanoë, devraient être moins virulentes. Au plus haut niveau, il n'est pas question que cet édifice vienne nuire aux relations diplomatiques entre la France et la Russie. Mais cette église orthodoxe pourrait s'inviter dans la campagne municipale du septième arrondissement de Paris. La question de l'architecture religieuse dans une société civile et celle de ses signes extérieurs les plus visibles, plane depuis le début sur cette affaire. «J'espère que le bâtiment sera bien accueilli, il représente un pays et une communauté, tout comme la Grande Mosquée de Paris, l'église protestante américaine ou les grandes ambassades», explique Jean-Michel Wilmotte.

La capitale compte déjà plusieurs églises orthodoxes russes. Par sa taille, la nouvelle devrait tenir la vedette. C'était d'ailleurs le souhait du patriarche de Moscou, Alexis II.

La présentation du projet est accessible au public ce week-end, à la résidence de l'ambassadeur de Russie, 79, rue de Grenelle, Paris VIIe. Entrée libre, de 10 heures à 18 heures. source

N&N en faisait l'annonce ici et ici au temps des polémiques.

1 commentaire: