dimanche 12 janvier 2014

Menad Benchellali et une histoire de baptême à dormir debout

Ancien chef de file présumé des filières islamistes tchétchènes et vieille connaissance des services de renseignement, Menad Benchellali revient sur le devant de la scène de bien curieuse manière. La mairie de Goussainville, dans le Val-d'Oise, vient en effet d'annuler in extremis un soi-disant baptême qui cachait en fait un séminaire sur la «médecine traditionnelle», notamment via la lecture du Coran. L'événement devait se tenir dimanche dans les locaux de la Maison des jeunes et de la culture (MJC) avant que le premier magistrat de la ville, Alain Louis (PS, démissionnaire), ne mette le holà.

«Un arrêté d'annulation a été pris samedi par le maire pour des motifs administratifs, confirme la préfecture du Val-d'Oise. Il y avait une fausse destination d'utilisation de la salle louée pour l'occasion et une sous-location, car l'entrée coûtait 15 €.» De son côté, Menad Benchellali affirme qu'une bévue d'un employé municipal serait à l'origine de ce qu'il nomme un «quiproquo». suivre le fil...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire