dimanche 23 février 2014

L'Abbé Michel Simoulin, "La FSSPX n’est pas née dans un but de contestation ou d’opposition" (Mgr Lefebvre)


« [La Fraternité Saint-Pie X] n’est pas née dans un but de contestation ou d’opposition, pas du tout. Elle est née comme peuvent naitre les œuvres d’Eglise, c’est-à- dire d’une nécessité qui s’est présentée de veiller à la bonne formation du sacerdoce. » 
(Mgr Lefebvre, conférence spirituelle à Ecône, 10-11 octobre 1977)

Quoi qu’on en dise, Mgr Lefebvre n’a jamais varié sur ce point. Son discours a pu avoir des tonalités différentes selon les circonstances, mais son objectif est toujours demeuré le même : le sacerdoce et la messe. 
Mgr Tissier de Mallerais, qui est peut-être l’un de ceux qui ont le mieux connu Mgr Lefebvre, fait à ce sujet une remarque importante : « Si Mgr Lefebvre fut avant tout un homme de foi et de sagesse, il a possédé une bonne dose de pragmatisme, comme l'a bien discerné l'abbé Aulagnier dans sa Tradition sans peur. Par sagacité naturelle et disposition surnaturelle à suivre les voies de la Providence, Mgr Lefebvre a toujours cherché à profiter des occasions favorables pour renouer avec Rome et obtenir le retour à notre approbation canonique. L'abbé […] n'a pas cerné le pragmatisme de notre fondateur. Ce qu'il aurait pu dire, c'est que ce pragmatisme a toujours échoué face à la Rome conciliaire. » (Lettre du 6 janvier 2014). 
Il me paraît difficile d’ignorer ou négliger ce témoignage. Mgr Lefebvre n’était pas volontariste, soumis à un impératif catégorique de type kantien, tel que : « Vite, un accord à tout prix ! » ou encore : « Garde-à-vous ! Pas d’accord pratique sans accord doctrinal ! Fermez le ban ! », mais bel et bien l’homme d’un principe vertueux plus délicat qui est celui de toute autorité : la vertu de prudence, art vital de l’application des vertus théologales aux circonstances et situations concrètes toujours variables. suivre le fil...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire