jeudi 13 février 2014

Théorie du genre : Entretien avec Yann Carrière, docteur en psychologie

4 commentaires:

  1. à propos des petits garçons je ne connais pas ces textes américains, mais j'étais arrivée à la même inquiétude :
    " Les petits garçons sont en danger ...
    Autrefois parait-il, on mettait des enfants dans des cages pour les empêcher de grandir et en faire des nains, montrés en spectacle ...
    Ainsi pourrait on résumer la politique actuelle d'éducation des petits garçons au nom de l''égalité".
    La peur instinctive des femmes devant la force des hommes, sert de prétexte à une folie.
    Si les petits garçons ne devenaient pas grands et forts, ils ne se seraient plus dangereux. Enseignons leur à se conduire comme des faibles. Faisons leur prendre la force en horreur.
    Privons les d'une éducation qui les encouragerait à devenir aussi grands et forts et endurants qu'ils le peuvent ...
    L'esprit de l'enseignement aux "rôles de genre" dès la petite école est bien celui-ci.
    Il s'agit d'une mutilation, d'une maltraitance."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...employez le terme de "castration", il s'agit de cela. C'est un autre "archétype" d'homme qui apparait. Dans les transports en commun parisien, il me semble que les hommes se ressemblent tous. Des freluquets à grandes lunettes qui se fondent dans la masse, pas de muscle, pas de regard, tout en susceptibilité et nombrilisme. Le style homo fait des ravages... c'est le style des jeunes animateurs TV, voilà l'homme nouveau...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. c'est le coeur / le courage et les muscles qui sont mutilés, c'est la psyché qui est maltraitée

      mais la complainte sur les hormones n'est justement que nombrilisme minable,obsénité lâche, voilà pourquoi je n'emploie pas ce terme qui est balancé à la figure des femmes de la manière la plus salace et la plus lâche,

      des freluquets oui !
      à qui on a envie de dire " Rodrigue as tu du coeur ? " non aucun sinon tu te fabriquerais du muscle pour mettre ta peau, ta vie, au service de tes idées,
      et tu n'aurais pas une susceptibilité de chochote, parce quand, tous les jours on prouve son courage, ( et je trouve que dans la vie quotidienne des hommes qui prouvent leur courage devant les epreuves, il y en a, dont des hommes qui ont au moins ce minimum de courage de defendre des femmes contre des agressions verbales au lieu de se placer avec les ricaneurs), ces hommes qui prouvent leur courage tous les jours n'ont pas de raison de se montrer susceptibles, car ils savent, et leur entourage sait, leur courage.

      je souris en pensant à une video russe, sur l'arrestation d'un coté d'un manifestant "intello" lgbt et de l'autre des marins russes qui l'engueulait, par les policiers russes : il fallait quatre policiers pour deplacer chacun des marins qui avaient des bras trois fois comme ceux des policiers : il y avait quart de portion (le manifestant), à peu pres normal (les policiers) et double portion (les marins) http://youtu.be/dlH0STLJR1I

      Supprimer