dimanche 6 juillet 2014

Lettre ouverte autour du film "Cristeros"


Bonjour Sabine, 

je me permets de réagir à un message que vous avez laissé en date du 6 mai 2014 sur votre site "Ethickets"

Vous êtes "convaincue qu’il y a urgence, et que les peuples ont actuellement plus que jamais l’opportunité de reprendre le pouvoir pour en finir avec la Démocratie dite Représentative, qui ne représente plus personne hormis les dirigeants eux-mêmes." Et vous vous définissez comme : "Ethickets est une jeune entreprise sociale et solidaire (ESS), libre et indépendante, une organisation apolitique et non partisane."... "L’influence par la masse, pour une Démocratie Directe et Participative, tel est le projet Ethickets."

Dans le cadre des manifestions "Ethiques" des divers mouvements créés depuis 2012, avec comme figure de proue la Manif Pour Tous, je me réjouis toujours autant en constatant l'engagement de nombreuses personnes dans divers mouvements religieux, bioéthique, politique, ou médiatique. A ce titre, votre projet mérite d'être cité. Merci de me l'avoir fait connaître. 

Toutefois, c'est davantage en tant que Catholique que je souhaite m'exprimer, et non, en tant que citoyenne. En effet, je ne peux pas m'empêcher de réagir à votre 2e commentaire sur la Christianophobie et Jésus, avec pour toile de fond le film "Cristeros". 

Je vous cite :
"La christianophobie s'explique peut-être parce que Jésus était le prophète qui fait le plus peur. Il enseignait la connaissance de soi, la liberté et la révolte contre les codes sociaux, ts conformismes, incluant forcément les mensonges politiques... Voilà pq à mon avis..."

Lire sous votre plume, que "Jésus ETAIT un prophète qui fait le plus peur", ce qui expliquerait la "christianophobie" est pour moi une erreur, même si vous n'affirmez rien, mais donnez un avis, je ne peux que protester. 
Ce langage est celui des musulmans pour qui, Jésus ETAIT "un simple prophète" parmi tant d'autres et qui de fait, n'est pas "Le Fils de Dieu" comme le proclament les Chrétiens.
Votre deuxième phrase me fait penser à l'injonction du Temple de Delphes : "Connais-toi toi-même", reprise par Socrate et, au révolutionnaire Che Guevara. Certes, Jésus tout comme Socrate, n'a jamais rien écrit et la mort du Che, par certains côtés, ressembla à celle du Christ montant à Jérusalem sur un âne. Puis, il fut trahi après un dernier repas, tout comme Jésus. Toutefois, l'enseignement et la vie de Jésus sont tout autre. Son enseignement n'est ni philosophique, ni idéologique, ni humaniste, ni politique. Il est divin.

Dans les Evangiles, Jésus parle au coeur de l'homme avec des paraboles en aiguillonnant sa conscience de pécheur, dans le but de l'ouvrir à Sa Parole de Vie et d'Amour. Jésus est la Vérité et la Voie qui conduit au Père. C'est notre Foi qu'Il nous demande et notre coeur qu'Il mendie.
Jésus nous amène davantage à se reconnaître pécheur, que de se connaître soi-même. Jamais Il ne dit quoi faire, et comment le faire. Jamais Jésus n'argumente à la manière d'un idéologue, convainc à la manière d'un politique, subjugue à la manière d'un gourou ou brille par une sagesse philosophique. 
Il promet : "Je ne t'offrirai rien de ce que peut te donner le monde, mais si tu portes ta croix en mon Nom, tu recevras le Don de l'Esprit-Saint qui donne la Vie éternelle et conduit auprès du Père".
Si on croit en Lui, il nous dit : "Suis-moi !" après nous avoir demandé de "renoncer à soi-même" et non de "se connaître soi-même".
Si on le suit, Il se révèle à nous, et au travers de Jésus, "on connaît le Père". Dans le regard du Père, on se découvre enfant, aimé d'une façon unique et inconditionnelle. 

Dans la Foi de l'Eglise Catholique dont je suis un membre, donc, dans ma Foi, j'affirme que Jésus-Christ est "Le Fils de Dieu" et qu'il "EST" toujours Présent, hier, comme aujourd'hui, et demain tout autant. 

Il est Roi, et son royaume, se sont les âmes qui se donnent librement à Lui chaque jour. 
Jésus a été crucifié à cause de sa royauté, avec l'épitaphe au-dessus de Lui « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs ». Les Juifs du Sanhédrin ont crucifié Jésus, non pas tant par ses paroles de vérité, ni par les guérisons qu'Il opérait sur les corps et les âmes, mais par crainte de voir leurs privilèges leur échapper par un homme dont on disait qu'il avait un Royaume, qu'il était venu délivrer les Juifs. Avait-il une armée ?
Les uns étaient plein d'espoir et briguaient de bonnes places au côté de Jésus (les Apôtres), les autres, (les prêtres Juifs) avaient peur de perdre celles qu'ils avaient.
Après sa mort sur la croix, sous ce titre de dérision, Jésus sera discrédité par les Juifs qui le considéreront comme un charlatan, un magicien, fruit d'un adultère.
Dire que Jésus était un charlatan, ou un prophète comme les autres, c'est avorter le germe de Foi dans les coeurs avant même qu'il croisse. C'est recouvrir la Vérité de mensonges.

Les "anti-Christ" n'ont pas peur de Jésus, ils ont peur de perdre ce qu'ils ont établi comme étant leur Dieu (prestige, pouvoir, argent, sexe, idéologie... ). 

Jésus démontre que Lui, Fils de Dieu, a perdu tout prestige par Amour des Hommes. C'est cela qui fait peur a l'amour-propre humain, même Catholique !

Dans le film, on voit les chrétiens persécutés prendre la décision de s'armer pour défendre leur Foi, ou leurs valeurs empreintes de christianisme pour ceux qui n'ont pas la Foi. Les adultes qui combattent sans avoir la Foi, le font pour les raisons que vous évoquez : pour la liberté, contre le conformisme, ou les mensonges politiques..., si le courage des cristeros, quels qu'ils soient, reste exemplaire, tous ne participaient pas du Christ, mais d'une idéologie louable, certes, mais pas au Nom du Christ.

Le message du Christ est porté par l'enfant, Jose Luis.

Il y a dans cette révolution terriblement sanglante ce trésor de la Foi pure et désintéressée incarnée par l'enfant martyr, qui brille de tout son éclat dans un contexte de violence extrême. 
Cet enfant a vécu la perfection du message d'Amour du Christ. En devenant martyr, torturé jusqu'à la mort de la façon la plus inhumaine qui soit, mais la plus conforme à celle du Christ. Il LUI a rendu témoignage, en vérité. C'est l'expression de son adhésion inconditionnelle à La Personne du Christ qui fait de lui un authentique Cristeros.
Le souci de cet enfant était-ce de se connaître soi-même ? de gagner la liberté ? de se révolter contre les codes sociaux... ? NON. Il a vu quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Il a vu l'Amour, au travers d'un vieux prêtre, témoin de Jésus, l'Amour incarné, par de "petits" gestes d'amour, comme dans son ultime sacrifice.
Ce prêtre a été tué parce qu'il ne voulait pas cacher les manifestations de la Foi de l'Eglise en restant cloîtré dans ses murs, et en ne donnant plus les sacrements selon les ordres du gouvernement Calles.

Au Nom du Père, Jésus portait la pauvreté sur Lui, et allait et venait en prêchant l'Amour du Père, jusqu'à ce qu'Il soit livré aux soldats Romains, condamné, martyrisé, puis tué.
Au Nom du Fils de Dieu, l'enfant est mort sous la torture parce qu'il a crié : 
" Viva Cristo Rey !". Et non, "viva la libertad !"

Pour ma part, plus que tout, je souhaiterais que le peuple écoute la Parole du Christ et la transmette. 

Merci Sabine de m'avoir donné l'occasion d'écrire au sujet du Christ et des Cristeros.

A bientôt,

anne kerjean

4 commentaires:

  1. Un film plus en rapport avec l'actualité en France pourrait être fait :

    Louis Martin (1823-94) et Zélie Guérin (1831-77). Parents de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, déclarés « Vénérables » par Jean-Paul II le 26 mars 1994 et béatifiés à Lisieux le 19 octobre 2008.
    « Le Bon Dieu m’a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre » Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (lettre 261 du 26 juillet 1897)

    Les parents de Thérèse ont été le premier couple béatifié. Lorsqu'ils se marièrent, ils voulurent vivre un mariage totalement chaste. Un prêtre les en dissuada et ils eurent beaucoup d'enfants ...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, en effet, c'est une idée que je trouve très bonne, toutefois, ce saint couple ne peut être une référence pour les divers mouvements pour la Famille naturelle, car comme vous le savez, les catholiques ne doivent pas s'afficher comme tels, à l'exception faite bien sûr, des tradis, pour qui, au contraire, manifester sous l'étendard catholique va de soi.

    Quel contraste avec les Cristeros, dont le porte drapeau est un enfant, qui fort de sa Foi devient martyr. Son étendard est celui de sa Foi en Jésus-Christ Roi. Dans cette histoire il y a des incroyants qui se fondent dans ce mouvement d'opposition en épousant les valeurs de ses chrétiens.

    En France aujourd'hui, c'est le contraire, les catholiques doivent se fondre dans des mouvements qui portent haut leurs valeurs mais sans étendard catholique, et doivent mettre sous le boisseau leur Foi en Jésus-Christ au Nom duquel, pour la plupart d'entre eux, ont manifesté.

    Le comble pour moi, c'est l'intégration ostentatoire d'une représentation voulue et orchestrée de Musulmans dans tous ces mouvements. Tous, sans exception. Enfin, je crois l'avoir déjà écrit, je me répète. Ce n'est pas sans conséquences. Ainsi, je peux constater, impuissante, si non à reprendre une personne comme Sabine, que cette inclusion musulmane se fait même dans les esprits catholiques.

    Pour ma part, je ne suis vraiment investie que derrière un étendard catholique, et j'estime que c'est à ceux qui partagent nos valeurs, de se fondre dans le mouvement et non l'inverse.

    Donc, la seule manifestation publique à laquelle j'adhère de toute mon âme, c'est celle de La Fête-Dieu. L'étendard derrière lequel les catholiques marchent en priant et en chantant, est Dieu Lui-Même dans l'Humble Eucharistie.

    Vive Jésus-Christ Roi !

    RépondreSupprimer
  3. Oui tous me semble il ...

    Mon espoir de voir une mobilisation pour une autre cause que financière s'effondre, et j'ai tendance à penser qu'elle n'a été pour beaucoup qu'un dérivatif pour ne pas affronter l'offensive des mouvements les plus sanglants aujourd'hui.

    Essayer de défendre des valeurs sans indiquer leur source est ce qui a permis qu'elles soient caricaturées, puisque l'explication théorique manquait.
    Si par ex les catholiques avaient juste cité largement dans les manifs, le catéchisme sur la conduite à avoir envers les homosexuels ( catéchisme que 99% des Français ignorent), ils auraient beaucoup moins été perçus comme homophobes.
    Si par ex les catholiques avaient parlé de l'amour "chrétien", de l'esprit de sacrifice des adultes pour les enfants, ils auraient pu faire comprendre les raisons de leur insurrection morale, et montrer leur compassion a l'égard de ceux à qui ils demandent de sacrifier leur désir d'enfant.
    Au lieu de cela, les manifestants ont été perçu comme ennemis de l'amour, le comble pour des chrétiens non ?

    Ce silence, ce mensonge par omission, est à mon avis dû à une tentative de récupération politique, mais je n'ai pas de preuve.

    Quand je lis "défendre la liberté de culture, chrétien ou non, par le sang" je crois lire un appel au jihad "défensif". En fait je comprends la position du CSA de restreindre des affiches liant religion et armes ...



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "les catholiques ne doivent pas s'afficher comme tels" : les droits se prennent ?

      Supprimer