mercredi 8 octobre 2014

La CEF : "l'Eglise ne combat pas contre une loi future" (??)

Lu ici :

Dans son article de vendredi dernier dans Le Figaro, Jean-Marie Guénois montre que Mgr Pontier, président de la CEF, laisse tomber en rase campagne La Manif Pour Tous. Ludovine de La Rochère, la présidente de l’association pro-famille, qui fut responsable de la communication de la CEF il y a quelques années, ne doit pas être surprise, elle qui connaît les arcanes et les coups bas du boulevard de Breteuil (Paris 7e).

À la question « Faut-il aller jusqu’à manifester sur ces questions de société comme l’y invite le 5 octobre la Manif pour tous contre la GPA ou la PMA pour les couples homosexuels ?» posée le 2 octobre par nos confrères de La Croix — qui fêtaient au passage leur 40 000e numéro —, le président de la Conférence des évêques, Georges Pontier, a répondu de façon aussi limpide que nette :

« La Manif pour tous n’étant pas un mouvement d’Église, il n’est pas de mon rôle de commenter leur choix politique de manifester dans les rues. La manifestation est l’une des formes de la liberté d’expression dans nos démocraties. Mais cela ne peut pas devenir le seul moyen. Nous, évêques, sommes davantage engagés dans un processus de réflexion, plutôt que dans un combat contre une loi future. On ne se situe pas sur le plan politique mais sur le plan anthropologique, même si une loi a des conséquences anthropologiques. »

En clair, donc — et première information —, l’Église de France, en son sommet, ce qui n’est pas forcément la position d’un nombre certain d’évêques et de cardinaux, coupe les ponts et prend une distance définitive avec la Manif pour tous, mouvement aconfessionnel il est vrai, mais animé par bon nombre de catholiques et suivi par une immense quantité de catholiques.

C’est également la première fois qu’une telle rupture officielle est ainsi exprimée. Elle est en cohérence avec le changement de lignes sur ce dossier entre le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, arrivé au terme de deux mandats à la tête de la Conférence des évêques, à la mi-2013, et le nouveau président, Georges Pontier. suivre le fil...

A lire aussi ici

Extrait : Dans La Croix le père Antoine Guggenheim, théologien, ordonné en 1993 à Notre-Dame de Paris, Professeur ordinaire de l’Ecole cathédrale, ancien directeur du Pôle de recherche du Collège des Bernardins, déclare : « la reconnaissance d’un amour fidèle et durable entre deux personnes homosexuelles, quel que soit leur degré de chasteté, me semble une hypothèse à étudier. Elle pourrait prendre la forme que l’Église donne habituellement à sa prière : une bénédiction ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire